agalega island

AGALEGA - LE MYSTERE RESTE ENTIER

L`opacité entourant le MOU entre le Gouvernement mauricien et celui de l`Inde pour l`utilisation d`Agaléga par la Marine indienne interpèlle chaque citoyen mauricien. On nous parle de la construction d`une piste d`attérisage et d`autres infrastructures qui serviront uniquement à des opérations pacifiques. Tout cela ne veut rien dire. Le fait même d`avoir des facilités aéro-portuaires exige des éclaircissements francs et sans détours. Car une piste pour avions ne se limite pas à une longue plateforme de presque un kilomêtre. En effet il ne faut pas parler de piste mais d`aéroport. Cela comporte plusieurs volets dont des hangars, des entrepots. des ateliers et des réservoirs de stockage pour les divers produits dont dépendent les avions. Alors qu`on dise toute la vérité. Les dévéloppements en cours sur cette partie de notre territoire sont ,de par la nature même du projet, de très grande envergure. Personne ne peut vérifier la nature des opérations au jour le jour. C`est ainsi dans toutes les parties du monde où de tels travaux sont entrepris. Il n`est pas impossible que l`île soit utilisée à d`autres fins que ce qu`on prétend aujourd`hui.

 

Ce qu`il faudra bien comprendre est ceci: une fois le MOU signé les travaux vont démarrer et au bout de son achèvement le projet va paraître comme un aéroport civil avec toutes les facilités nécéssaires. Mais qui peut garantir que les mêmes infrastructures ne seront pas parallèlement mises aux services d`autres unités responsables de certaines opérations et activités qui ne cadrent pas avec l`esprit du MOU? On a quand même le droit de savoir. L`avantage de la transparence dans ce genre  d`arrangements est que demain le peuple lui-même peut témoigner de la véracité des faits si jamais il y a litige sur l`utilisation de la piste.

 

Nous avons à Maurice de nombreuses familles agaléennes qui partagent leur temps entre les deux îles . Ils racontent avec fièreté leur paisible routine dans la petite île. Ils sont des citoyens mauriciens à part entière et ils ont le droit de savoir ce que leur `paradis`va devenir avec tous ces grands travaux et ce qui peut arriver par la suite. Ils citent le cas des Chagossiens. Comment ils avaient été évacués et déportés. Ils ne comprennent pas comment Maurice peut aller jusqu`au CIJ pour faire valoir ses droits sur Diégo alors qu`elle est elle-même entretemps en train de permettre le même genre d`opération qui a conduit au drame des Chagos. 

 

Qui peut répondre?