ANEROOD JUGNAUTH: LES FAITS ET LES ACTES

L` image d`Anerood Jugnauth, longtemps véhiculée par ses suiveurs complaisants, ne reflète guère la vérité. Il serait donc juste que les faits réels soient mis en perspéctives pour que l`histoire ne soit pas faussée.

 

Pour les observateurs avertis les changements dans la posture de Jugnauth sont toujours conjoncturels.Ils sont dictés par des intérêts politiques, personnels ou familiaux. En vérité le vrai Jugnauth ne change jamais. On le découvre par la façon dont il traite ceux qui l`ont aidé politiquement et qu`il aura lui-même reconnu à un moment ou un autre, comme étant ses «alliés, amis ou camarades ». C`est ainsi qu`on aura appris de sa propre bouche que Dawood Rawat était « ène bon camarade ar moi ».

 

Il prétend qu`il a agi selon la loi dans le cas`BAI.`Cependant toutes les institutions concernées ont été réléguées à l`arrière plan, voire outrepassées, pour laisser le champ libre à des francs-tireurs se délectant à démolir un grand entrepreneur dont le seul péché fut de ne pas se soumettre totalement aux dictats de Sun Trust. Il y avait milles façons de gérer cette affaire légalement. Mais il y avait une seule façon d`en tirer un capital politique. C`est la voie que Jugnauth aura choisi d`adopter. Le but inavoué, mais facile à deviner, était ceci : « en frappant Dawood c`est toute une communauté qui est visée ». Par extension on donne à une autre communauté le signal suivant : « avec moi sa banne là pas pou gagne bar ». Cela nous ramène vingt ans en arrière quand le même Jugnauth s`acharnait avec une hargne sans bornes contre une communauté particulière de ce pays. Des pèlerins furent malmenés à leur retour à l`aéroport, l`ambassadeur libyen, Al Jaddy, fut sommé de quitter le pays en l`espace de 24 heures, les versets du saint Coran furent qualifiés d` « insanités », les marchands de rue furent chassés de la rue Desforges en pleine période des festivités de fin d`année, bref,une communauté entière fut soumise à une politique de persécution systématique.

 

Par contre les relations entre cette même communauté et Navin Ramgoolam furent très civilisées. Dans l`affaire BAI , il a été aussi question de régler des comptes avec Navin,et distiller dans les esprits de certains un sentiment communal malsain. Quand on voit avec quelle brutalité ce même Jugnauth a agi contre les marchands ambulants récemment il ne faut pas aller loin pour comprendre ce qu`il a vraiment dans la tête. C`est pour cette raison qu`il ne cesse de parler d` « ingratitude » en s`adréssant à une section spécifique de la population.Pas plutard que le Vedredi 7 Oct. à Rivière du Rempart, il vient de déclarer ceci : « …mais mo bizin dir li, ki ou kontan ou pa kontan, sirtou la kominoté hindou..ène bonne partie banne ingrats ». Le drame est que ce jeu infecte va continuer aussi longtemps que cet homme restera au pouvoir !La fragilité de notre tissu social reste menacée en permanence quand Jugnauth est au pouvoir alors qu`avec Navin , toutes les communautés se sentent très rassurées.

 

On nous laisse entendre qu`il ne faut pas s`en étonner car ce même Jugnauth a été un des membres fondateurs du notoire « Hindu Congress » dans les années 60`s dont la politique était totalement le contraire de ce que prônait le Parti Travailliste c-a-d l`unité nationale.

 

LES CAMARADES ET LES ALLIES TRAHIS

 

Le fait incontestable demeure que la voie vers le poste de Premier Ministre , dans le cas de Jugnauth, lui fut ouverte par le MMM. Des milliers de militants s`étaient sacrifiés pour aider ce Parti à conquérir le pouvoir en 1982 et portant dans la foulée, Anerood Jugnauth, au poste de Premier Ministre. Cependant , après la cassure de 1983, quand le MMM se trouva scindé en deux, Jugnauth se tourna vers Boodhoo du PSM, SSR et le PTR, SGD et le PMSD ainsi que Sylvio Michel et l`OF. Harish Boodhoo accepta même volontairement de dissoudre son parti, le PSM, pour permettre à SAJ de former son propre parti ,le MSM. C`est donc grâce à l`appui inconditionel de ces forces là que Jugnauth réussit à remporter les élections de 83.

 

Une fois installé au poste de Premier Ministre, Jugnauth commença à régler ses comptes. Les premières victimes furent naturellement les membres d`une communauté qui ,aux yeux de Jugnauth, étaient restés majoritairement fidèles au MMM. Dans sa soif de vengence, il n`épargna même pas le regretté Kader Bhayat, qui fut remplacé par Gaetan Duval au poste de Premier Ministre Adjoint alors que pendant la campagne électorale,c`est Kader qui avait été annoncé pour remplir ce poste. Une politique de persécution systématique s`ensuivit contre les militants en général et une communauté particulière( comme déjà mentionné en haut).

 

Les années 80`s à Maurice furent des plus paradoxales. Premièrement il est totalement faux de prétendre que c`est Jugnauth qui était le moteur principal derrière le bond impréssionant de notre économie durant cette période là. En fait le secteur manufacturier ainsi que le tourisme avaient déjà atteint leur vitesse de croisière dans les années 80`s. C`était dans les années 70`s, sous le Gouvernement de coalition PTR/ PMSD, que ces deux nouveaux pilliers de notre économie avaient démarré. Les rôles respectifs joués par SSR et SGD dans cette nouvelle phase de développement caractérisée par la mise en œuvre d`une série de mesures incitatives aux investisseurs dans ce qui allait devenir notre fameuse « Zone Franche » ne peuvent jamais être occultés car c`est eux les vrais pionniers du premier miracle économique. Quand Jugnauth arrive en `83, les infrastructures industrielles étaient déjà bien développées. Le cataliseur ne viendra pas de lui mais d`une source totalement imprévue.La décision du Royaume-Uni de céder Hong-Kong à la Chine selon un traité signé précedement à l`expiration de celui-ci créa une vague de panique parmi les investisseurs de la région surtout, les Hong-Kongais et les Taiwanais, qui se mirent à la recherche de régimes les plus sûrs possibles afin d`assurer la continuité de leurs affaires sans être dictés par les communistes. Le consul honoraire de Maurice à Hong-Kong à l`époque était un certain Mons. Lee, marié à une demoiselle Ah-Chuen, ancien Ministre PMSD. Il avait été nommé sous SSR etSGD mais puisque Jugnauth lui-même s`était tourné vers eux pour l`aider, il usa de toute son expertise et ses contacts( il était lui-même un grand investisseur) afin de diriger le plus grand nombre possible d`investisseurs vers Maurice. Le reste allait continuer presque automatiquement car le « know-how » mauricien était désormais connu.

 

La création de la Zone Franche mauricienne coïncidait malheureusement avec une crise récessioniste mondiale pour enfin reprendre dans les années 80`s, ce qui profita au Gouvernement Jugnauth. Mais le PTR et le PMSD étaient là dans le gouvernement avec lui.Sans l`appui de ces deux partenaires Jugnauth n`aurait jamais réussi à faire l`économie prendre son envol.

 

LA METHODE JUGNAUTH.

 

A partir de `83 le pays allait pour la première fois prendre connaissance de la véritable façon de faire de Jugnauth quand il est aux commandes du pays. Intoxiqué par sa soif de vengence il va déclencher un phénomène sur lequel il n`aura lui-même aucun contrôle. Des gros bras et des gangs organisés, dont plusieurs étaient impliqués dans des trafics et autres transactions louches, semant la terreur partout où ils allaient, y compris le port, étaient devenus des visiteurs réguliers de la maison du Gouvernement où ils recevaient un acceuil de VIP. Cétait l`époque de « Guvernman dan nu lamain ». Le comportement de Jugnauth l`ors des réceptions officielles,après quelques verres, était tel que ceux concernés restaient en permanence sur le qui-vive afin de parer à toute éventualité . Les réponses aux questions parlementaires après `95 nous donnent une idée de ses folles extravagances durant ses années de pouvoir. En voici un aperçu tel publié par « Week-End » en date de Dimanche 6 Sept. 2016 « A l`époque Jugnauth disposait de 11 voitures de l`état et avait 15 policiers affectés à son service, y compris à celui de ses enfants et petits- enfants. La voiture officielle de son épouse, une fontionnaire, fut impliquée dans un accident à Triolet lors d`une réunion politique.Des cadeaux coûteux de la Banque de Maurice au PM Jugnauth et à son épouse. Une pièce en or de 18 carats offerte au PM et une broche sertie de diamants pour sa tendre moitié. …Ce sont les étrennes modestes que MT avait donné aux puissants d`alors à l`occasion des fêtes de fin d`année. Les demandes d`entrée de ressortissants indiens et chinois adressées au PMO par nul autre que son fils……Le gendre qui obtient la nationalité mauricienne deux jours avant les élections générales. Des investissements publics de Rs.7 millions aux frais de l`Etat et des exemptions fiscales de Rs.6,4 millions pour la clinique du gendre à quelques jours des élections. Contrat médical entre la clinique et Air-Mauritius. »

 

Tous ces faits restent gravés dans le `Hansard` de l`Assemblée Nationale et il y en a qui dévoilent encore plus la dérive de ce même Jugnauth à l`époque. On n`est donc nullement surpris de constater qu`entre `83 et `87 plusieurs alliés et lieutenants de Jugnauth vont se séparer de lui à cause de ces mêmes excès.Yusuf Mohamed, Kader Bhayat, Deerpalsingh, Soobadar, Beedassee, Gangoosingh et Sylvio Michel se dissocieront de lui l`un après l`autre. Ils n`auront pas eu tort car c`est bien sous le régime de Jugnauth que le pays avait connu les moments les plus sombres de son histoire : le fléau de la drogue avait envahi la société entière , culminant dans l`interpéllation de quatre parlementaires du Gouvernement à l`aéroport de Schipol en Hollande….connu comme l`affaire `Amsterdam`.

 

LES ELECTIONS DE 1987.

 

La Commision`Rault` sur le trafic de la drogue et ses ramifications à Maurice mit un tas de scandales au grand jour. Plusieurs noms parmi les membres du Gouvernement furent cités comme étant liés à des trafiquants notoires et qui avaient des accès faciles à la Maison du Gouvernement. Certaines figures de la mafia locale avaient en plus été recensés comme des financiers politiques du Pouvoir , fait que Harish Boodhoo confirmera après, quand il aura pris ses distances lui aussi de Jugnauth. Les élections de `87 s`annonçaient donc très difficiles pour Jugnauth. Conscient d`une défaite probable, il se plia en quatre pour quémander l`aide de Satcam Boolell, Gaetan Duval et Harish Boodhoo. Grâce à leur support, il remporta les élections de `87. On aurait logiquement éspérer une certaine reconnaissance de sa part mais avant longtemps Jugnauth se mit à démolir ces mêmes alliés qui l`avaient aidé à gagner les élections !Sir Satcam se retrouva en dehors du Gouvernement à cause de son désaccord avec la méthode`Jugnauth`. En effet la brutalité de Jugnauth ne connaissait pas de limites : Des hommes religieux dont le pandit Ved Bhushan et le père Diard, furent sommés de quitter le pays parce qu`ils auraient tenu des propos qui n`avaient pas fait plaisir au PM. La même désinvolture de Jugnauth poussa Sir Gaetan Duval à abandonner le Gouvernement car le leader du PMSD avait pris position en faveur des ouvrières de l`usine Sinotex qui s`étaient mises en grève à cause des mauvaises conditions de travail. Etant en dehors du Gouvernement, Duval était plus vulnérable et le traitement qu`il reçut aux mains de Jugnauth feraient frissoner même les plus téméraires. Suite à des allégations d`un témoin surgi de nulle part à l`effet que le leader du PMSD aurait commandité l`assassinat d`Azor Adelaide ( un incident survenu 15 ans auparavant ! ), Duval fut arrêté et mis en cellule aux Casernes. Il y eut par la suite une Commission d`enquête qui dura plusieurs mois pour finalement conclure que Duval n`était pas coupable. Mais le mal avait été fait comme Duval lui-même allait le confier : « Jugnauth ti rode faire pendi moi ! »

 

Harish Boodhoo à son tour dut subir la foudre de Jugnauth puisqu`il semblait lui aussi faire de l`ombre à l`empereur Soleil. En fait c`est Boodhoo qui deviendra le plus virulent critique de Jugnauth après qu`il eût pris ses distances de lui. Jugnauth avait déjà confié que le batîment du Sun Trust avait été construit avec les fonds qu`il aurait reçus comme donations pour les campagnes électorales. Mais Boodhoo ira beaucoup plus loin dans ses révélations en parlant de grosses sommes provenant du ` Sable des Mascareignes` qui avait obtenu le contrat pour le draguage du site de `La Mer Rouge` et il mentionna aussi la firme Plessey etc. comme étant liée à des financements illicites. Il subira aussi une série de persécutions et de harcèlement passant même des nuits en prison. Pendant longtemps celui qui avait dissout son propre Parti pour permettre la création du PSM, racontera son calvaire sous le régime de ce même Jugnauth qu`il avait aidé à installer au pouvoir.

 

EN QUETE PERMANENTE DE SOUTIEN

 

Le MSM n`a jamais été crédité de plus de 10% dans n`importe quel sondage. C`est pour cette raison que Jugnauth aussi n`a jamais pu gagner une élection seul. En `82 il était dans une alliance MMM/PSM ; en `83 et `87 il contracta une alliance avec le PTR et le PMSD ; aux partielles de `89 au No.15 il était en alliance avec le PTR ( Boolell avait réintégré le GM entretemps à la demande de Jugnauth en personne ) ; en `91 il était avec le MMM ; en `95 il était avec le RMM ; en 2000 et 2005 il était à nouveau avec leMMM ; en 2010 il était avec le PTR après avoir bénéficié de l`aide des Rouges lors des partielles de 2008 au No.8 qui vit la victoire de Pravind Jugnauth sur son oncle Ashok ; en 2014 après avoir été abandonné par le MMM il fut obligé de se rabattre sur le PMSD et le ML. Il est clair que le MSM n`a jamais affronté une élection générale seul et jamais n`a-t-il remporté la moindre élection en solitaire. L`ironie dans tout ça : comparé au PTR et le MMM il a toujours été loin derrière ces deux Partis dans les sondages.

 

L`autre vérité est que les victoires électorales du MSM ont toujours été acquises grâce à des alliances, soit avec le PTR et le PMSD soit avec le MMM ou comme en 2014 avec le PMSD et le ML. Le MSM ne jouit pas de l`adhésion majoritaire de la population. Il est donc totalement immoral de la part d`Anerood Jugnauth de se comporter comme si le pays était sa propriété personnelle.

 

Mais la moralité pour lui, ça n`a absolument aucune importance car c`est bien lui qui avait déclaré que « moralité pa rempli ventre ».Quelqu`un, avec ne serait-ce qu`un infime petit grain de conscience, n`aurait jamais traité les personnes qui l`auront aidé dans les moments les plus difficiles de la façon dont il l`a fait. Nul n`a été épargné ; ils ont tous subis la hargne de Jugnauth soit parce qu`ils lui fesaient de l`ombre, soit parce qu`ils ne représentaient plus pour lui un atout politique ou soit tout bonnement parce qu`ils étaient un obstacle sur la voie de son prince héritier. Voilà pourquoi d`autres encore allaient subir le même sort que les alliés précédents. Madan Dulloo, Sheila Bapoo, Rama Sithanen vont se retrouver en dehors du MSM en dépit d`avoir été parmi ses meilleurs éléments. Fidèle à ses habitudes de larguer ses alliés, Jugnauth va honteusement écarter les ex-RMM`s de sa liste de candidats aux élections de 2000 sous prêtexte qu`il y aurait trop de Militants éventuellement au Conseil des Ministres ! Il n`avait même pas la décence de reconnaître que c`était grâce aux membres du RMM qu`il avait pu rester au pouvoir après la démission du MMM en 1993 ! Après la défaite de l`Alliance MMM/MSM en 2005, il se mettra en mal avec son propre frère Ashok afin de préparer le terrain pour son fils Pravind. Malgré qu`il fût Président , c`est lui qui va tracer l`itinéraire politique du MSM qui aboutira dans une nouvelle alliance `Bleu, Blanc, Rouge, en 2010, après l`éclatante victoire de son fils Pravind aux partielles de 2008 au No.8 grâce à l`aide du PTR. Navin Ramgoolam avait accepté de ne pas présenter de candidat travailliste pour faciliter l`élection de Pravind,répondant ainsi aux sollicitations de Jugnauth. Cependant toutes les actions de Navin à son égard , y compris le renouvellement de son mandat à la Présidence de la république, n`empêcheront pas les Jugnauth`s à lui faire un coup-fourré des plus ignobles en 2011 quand les membres du MSM démissioneront en bloc du Gouvernement alors que le Premier Ministre n`était même pas au pays ! Ils parlaient de principe à l`époque, mais le vrai motif était tout autre. Jugnauth savait que l`affaire `Med-Point` était grave et il avait fait tout son possible pour convaincre Navin d`intervenir afin de tout arrêter. Mais quand celui-ci refusa, avec raison, de ne pas s`ingérer dans cette affaire tout en expliquant que personne ne devrait avoir de soucis à se faire s`il n`y avait eu aucune maldonne, Jugnauth développa une autre stratégie : négocier secrètement une entente avec le MMM pour faire tomber le Gouvernement,pour ensuite aller aux élections ensemble , après qu`il aura lui-même soumis sa démission comme Président. Bérenger confirmera bien plutard l`existence de ce scénario. En effet , derrière le dos de Navin, se tramait un sinistre complot !

 

LA VENGENCE A SON APOGEE

 

La hargne de Jugnauth est désormais proverbiale. On se souviendra comment dans une envolée incontrôlée il avait une fois traité une certaine communauté de « démon ». Il continue de dire que « enne bonne partie hindous banne ingrats ». Mais ce qu`il a fait après les élections de 2014 est une chose qu`aucun être humain ne souhaiterait arriver même à son pire ennemi. La façon dont l`ancien PM avait été tiré hors de son bureau de la Rue Desforges par une horde de policiers au milieu d`une meute de partisans oranges venus admirer le spectacle qui avait tout l`air d`une orchestration programmée, restera gravée à jamais dans la mémoire de ces milliers de Mauriciens justes et honnêtes qui n`aiment pas « le dominère ». C`est avec le cœur déchiré et les yeux emplis que les Partisans rouges auront assisté impassibles, à ce triste événement qui venait une fois de plus confirmer que vraiment Anerood Jugnauth est un homme « sans cœur » !! Si tant est que, même au sein de son Parti, on aurait aimé qu`il change……à l`exception bien sûr de l`éternel « esclave » !

 

L`histoire retiendra que, pendant ses deux mandats comme Premier Ministre, Navin Ramgoolam avait permis à Anerood Jugnauth de rester Président, avant que celui-ci décide de démissioner pour abattre politiquement ce même Navin, avec l`aide de Bérenger. Cependant cette nouvelle alliance ne fit pas long feu car Bérenger décida de s`allier avec Navin. On connaît la suite.

 

Jugnauth ne cesse de traiter une bonne partie de la communauté hindoue d` « INGRATS ». Mais qui est le plus grand ingrat dans l`histoire politique de ce pays ?

 

B. K