BUDGET 2019 : LES CINQ AMERES VERITES

En dépit de toutes ses tentatives d`amadouer la population à la veille des élections, Pravind  Jugnauth n`aura réussi qu`à la decevoir sur tous les plans tout en poussant le pays un peu plus vers le précipice. En voici la preuve en cinq points:

1. La dette publique augmente et atteint la barre de 70% du PIB ( en y incluant les `Special Funds) . Le Ministre n `arrive pas à nous rassurer sur notre capacité de paiement. Il nous faudra un taux de croissance d`au moins 6 %  afin de pouvoir honorer nos obligations envers les créanciers. En effet si le pays n`arrive pas à rembourser ses dettes au bout des échéances agrées on subira le même sort que la Grèce etc et c`est le peuple qui en paiera les pots cassés. Le taux estimé par le Gouvernement tournera autour de 3,9% . Tous les spécialistes du domaine sont unanimes à dire que ce taux ne sera jamais atteint aussi longtemps que le Gouvernement n`arrive pas à faire augmenter le taux de productivité au niveau national. Mais comment le faire? Air Mauritius accuse des pertes énormes, SBM fait des pertes par milliards, les corps para -étatiques sont endettés par milliards de roupies, les secteurs porteurs sont en berne comme le Tourisme, l`Industrie, le Sucre, l`Agriculture alors que les SME`s n`ont jamais pris de l`envol. D`autre part on nous accable avec le fardeau du Métro Express, Safe City et le Complexe de Côte d`Or qui vont engloutir encore des milliards des fonds publics sans nous donner suffisament de revenus en retour. Au contraire les subsides vont se multiplier à n`en jamais finir. Et le comble est que le secteur financier, déjà acculé après le démantèlement du DTTA avec l`Inde , peine à se relever car la concurrence mondiale devient intenable et Maurice fait figure de nain dans un monde de `Voracious Monsters`.

2. Le déficit national rendra le fardeau encore plus lourd pour la population car près de 53% des dépenses seront puisées des consommateurs en général. Voici les chiffres : Dépenses de l`Etat= Rs. 138,6 milliards/ Revenus de l`Etat=Rs. 121,7 milliards.. donc au départ même un trou de Rs.16,9 milliards qui sera comblé par des emprunts(encore et encore!). Les principales sources de révénus seront : Rs TVA= Rs.38 milliards+ Customs & Excise=Rs.21,9 milliards+ Income Tax= Rs. 11,8 milliards +Other Taxes= Rs. 1,9 miliiards =Total Rs 73,6 milliards= 53% des dépenses. On notera que près de Rs. 60 milliards seront payés par ce que l`on appelle les `General Consumers` sous la TVA et les frais des douanes divers. Le reste proviendra de sources diverses y compris des emprunts additionnels. Donc c`est le peuple qui fait rouler le Gouvernement à plus de 50% alors que celui-ci ne fait que jeter de l`argent public dans des projets de prestige`électoralistes`qui ne vont bénéficier qu`à un petit groupe de gens sinon personne dans le pire des cas. C`est ça l`Injustice!

3. Le budget déficitaire d`un pays n`est pas problématique en soi. C`est quand il devient répétitif d`année en année sans créer des réserves adéquates en parallèle à partir des sources gouvernementales approuvées dans le Budget National lui-même que cela devient un problème. Les services et les infrastructures aident au développemnt, donc des projets concernant les routes, ponts et chaussées, électricité,  eau,santé,éducation etc sont acceptables à condition qu`ils respectent les paramètres établis dans le cadre des budgets votés. Il faut faire la différence entre les déficits qui sont les résultats de mauvaises prévisions que l`on constate à la fin de l`année financière et ceux qui font partie intégrante des budgets présentés devant l`Assemblée, qui vote en l`occurence ces budgets `déficitaires`. Souvent c`est à cause de certaines dépenses spécifiques et additionnelles que des budgets déficitaires sont présentés. Tout dépend du bien-fondé de ces dépenses. Quand elles entraînent dans leurs sillages des dettes insoutenables dans le long terme, alors là ça devient un gros problème. C`est le cas avec les Budgets du Gouvernement des Jugnauth`s. Depuis 2015 les déficits cumulatifs ont fait bondir l`enveloppe réelle de l`endêttement sur lequel se  sont venus gréffés des emprunts colossaux de plusieurs corps para-étatiques qu`on a voulu maladroitement camoufler sous le couvert des`Special Funds`mais qui sont garantis par le Gouvernemnt. C`est comme pour une compagnie privée. Ce genre de déficit est placé sous l`item `Operational Loss`dans les livres de compte et si ces pertes persistent d`année en année la compagnie est jugée comme un ` Potential Defaulter`et les créanciers se mobiliseront pour récupérer leur argent devant une faillite en gestation. Pravind Jugnauth mène le pays exactement dans cette direction là. Pravind & co ne pensent qu`à leur survie . C`est un exemple classique de la politique de `la terre brûlée`.

4. Le recours à l`utilisation des réserves de la Banque de Maurice pour payer les dettes avant les échéances ,donc indirectement pour combler le déficit budgétaire, constitue une grave entorse à l`indépendance de la BM. Déjà  la BM est elle-même déficitaire et elle se proposait de faire fructifier ses réserves par voie de bons de trésor dont l`annonce avait été faite avant le Budget mais projet annulé immédiatement. Maintenant on comprend pourquoi cela a été annulé. Le ministre des Finances a mis le grappin sur ce filon au détriment d`une Institution qui est censée moduler l`évolution de notre économie courante. L`effet indéniable de cette décision est que la valeur de notre roupie va baisser avec comme conséquence directe l`augmentation des coûts de toutes nos importations. Et il faut retenir que nous importons beaucoup plus que nous exportons comme en témoigne le déficit commercial record sous les Jugnauth`s. Pour les Ministres de Finances qui se respectent, ce genre de recours est considéré de honteux et indigne. Il disqualifie la personne du poste qu`elle occupe. Mais "dépi bien lontan ban Jugnauth`s népli énan la honte".

5. La trouvaille ridicule du `Medical Insurance` pour les fonctionnaires est une abérration à plus d`un titre. Dans un pays où la santé est gratuite et nos hôpitaux sont censés rivaliser avec les meilleures cliniques de l`île, on met sur pied un `scheme`qui est propre au secteur privé mais dont on n` arrive pas à en saisir la pertinence pour des employés de l`Etat. Quel signal veut -on donner? Que les services de la Santé Publique à Maurice ne sont pas à la hauteur? En réalité cette décision gouvernementale est une insulte à l`ensemble des services de la Santé à Maurice: les mèdecins, infirmiers, personnels auxiliaires et...Le Ministre de la Santé lui-même qui s`avère être lui-même docteur! C`est un aveu de taille que les hôpitaux publiques ne sont pas bons...ce qui n`est pas vrai même si de nombreuses améliorations sont nécéssaires. La vérité est dans les détails. Qui va profiter le plus de cette désion sinon le secteur privé qui a investi gros dans des cliniques ces derniers temps. Est-ce qu`il y avait connivence depuis longtemps? Qui nous prouvera le contraire?

Conclusion:Le moins que l`on puisse dire est ceci " Cest un Budget de continuité dans la médiocrité".