Ile Maurice Quelle diplomatie Economique?

Au moment de l`accésion de Maurice à l`Indépendance , nombreux étaient ceux qui prédisaient un avenir sombre au pays – famine, conflits et faillite économique.

 

Mais l’histoire leur a donné tort.

 

La vision des dirigeants du pays était solide – basée sur une politique d’ouverture et une diplomatie économique qui répondait aux exigences du pays.

 

En 1968, alors que la guerre froide battait son plein avec deux blocs distincts – le bloc de l’ouest avec son bras militaire –l’OTAN et le bloc de l’est avec son bras militaire Le Pacte de Varsovie , il n`était pas facile à un pays qui venait de faire son entrée sur l`échiquier diplomatique de trouver la voie juste. Mais la vision de SSR était assez éclairée pour permettre à notre jeune nation de se placer sur la bonne orbite.

Ile Maurice rejoignit le Mouvement des pays Non – alignés, avec des pays tels que – la Yougoslavie, l’Inde, l’Indonésie, l’Egypte et le Ghana.

 

Maurice établit des relations diplomatiques avec les pays de l’ouest – les USA, la Grande Bretagne, la France et d’autres pays de l’Ouest aussi bien qu’avec les pays de l’est tels que l’Union Soviétique et la Chine, sans oublier les pays de peuplement tels que l’Inde, Madagascar et les pays Africains.

 

Maurice prit une part active aux associations regroupant les pays Africains et la conférence de l’OCAMM – Organisation Commune Africaine Malgache et Mauricienne se tint à Maurice dans les années 1972, puis s’en suivit la conférence de l’OUA en 1978, qui devint par la suite l’Union Africaine.

Maurice est aussi membre à part entière des la SADC et la COMESA – Common Market for Eastern & Southern Africa comprenant le Burundi,les Comores, Le Congo, Djibouti, Egypte, Erythrée, l’Ethiopie, le Kenya, La Libye, Madagascar, le Rwanda, les Seychelles, le Soudan, le Swaziland, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe.

 

Nos relations privilégiées avec l’Inde nous rapporta beaucoup de possibilités de développement et coopération ce qui culmina avec notre offshore et le cyber cité.

 

Divers protocoles d’accord furent conclus afin d’assurer le développement économique du pays.

 

Yaoundé I

La première association entre les pays de la CEE et les pays Africains débuta en 1964 et dura pour 5 ans.

 

Yaoundé II

La seconde convention de Yaoundé entra en vigueur le 1er Janvier 1971et Maurice intégra la convention  qui culmina sur la Convention de Lomé en 1975.

 

Lomé I

La première Convention de Lomé, qui entra en force en 1976 avait pour mission de jeter les bases d’une coopération entre les pays de la CEE et les pays des ACP – Afrique Caraïbes et du Pacifique. Les retombées de la convention ouvrirent les marchés pour les produits agricoles et les matières premières des pays ACP.

 

Des accès préférentiels furent accordés aux pays des ACP  accompagnés d`une aide financière.

 

Les accords de Lomé furent renouvellés trois fois en Lomé II, Lomé III et Lomé IV, avant que les USA ne contestent les termes de l’accord de Lomé IV.

 

Le Protocole Sucre.

Le protocole sucre fut le projet phare des  pays de la CEE et pays des ACP depuis 1975.  Le protocole sucre fut rattaché à la convention de Lomé I accordant des tarifs préférentiels et un quota d’exportation de sucre vers les pays de la CEE.

Le protocole sucre aida le pays à assurer le développent économique du pays.

 

L’accord Multi Fibre.

 En 1971 commença le développement de la zone franche avec la construction des usines textiles.

L’accord multifibre – MFA définit les quotas que les pays en développement pouvaient exporter vers les pays développés. Ce quota nous garantit l’écoulement de nos produits textiles et mit notre pays sur la carte mondiale de l;habillement.

 

DTAT.

Notre secteur offshore démarra avec les accords de non-double imposition de la taxe avec divers pays. L’accord avec l’Inde – qui représente 80% des investissements étrangers dans notre secteur offshore ouvrit un boulevard d`opportunités pour le pays.

Cet accord fut bradé en 2015 par le gouvernement en place, laissant un sombre avenir pour le secteur offshore.