LA DEGRINGOLADE DE MAURICE

Maurice a subi une baisse vertigineuse dans le classement "Doing Business Survey" de la Banque Mondiale et le FMI. Entre 2000 et 2005, c`est l`Alliance MSM/MMM qui dirigeait le pays et, à la fin de leur mandat en 2005,  Maurice occupait le 32ème rang. Le nouveau Gouvernement, dirigé par Navin Ramgoolam, prit les rennes à partir de Septembre 2015 et, grâce à une nouvelle orientation économique accompagnée de certaines réformes très avant-gardistes, il réussit à faire Maurice grimper les rangs de manière spectaculaire. En effet, en 2013, l`ors du deuxième mandat de Navin Ramgoolam, le pays avait atteint le groupe du` Top 20`,  étant classé au 19ème rang. L`ambition du Gouvernement de Navin Ramgoolam était de faire entrer Maurice dans le` Top 10` ce qui aurait été un grand honneur pour tous les Mauriciens. Sur le plan économique, cela aurait augmenté le volume d`investissements étrangers, car les investisseurs cherchent avant tout l`assurance d`un "safe return on investment" et la sécurité de leurs propriétés. Il n`y a pas de doute que la politique du Gouvernement de Navin Ramgoolam aurait porté les fruits escomptés au-delà de 2014 grâce à la  vision éclairée et pragmatique caractérisant tous ses actes.

 

Cependant, à partir de 2015,  une catastrophe nommée "Alliance Lepep" allait s`abattre sur le pays. En voulant tout refaire,ils ont tout défait, y compris les grands acquis. La vengence était leur but ; le népotisme, leur programme. La destruction de l`édifice montée par la BAI et la guillotine appliquée contre Betamax était symptômatique de la gestion catastrophique qui allait s`ensuivre. Jugnauth et sa bande étaient obsédés par la démolition des adversaires politiques avec effet rétroactif et de solidifier en même temps, les assises familiales sur les affaires du pays par une série de nominations, les unes plus scandaleuses que les autres, qui par ailleurs n`est pas en passe de s`arrêter. Il n`y avait que des feux rouges sur les indicateurs économiques alors que parallèlement, la situation sociale se détériorait à une vitesse deux fois plus grande.

 

Pourtant c`est pas les mesures qui ont manqué. Le soi-disant duo `faiseur de miracles`, Anerood et Vishnu ont certes entamé le début de leur mandat au milieu d` une atmosphère de vengence et de règlement de comptes mais ils avaient par nécessité, aussi pris certaines initiatives: Un `Fast Track Committee`présidé par Dev Manraj, le CEO de `Business Mauritius` (Raj Makoond) et le représentant de la Banque Mondiale à Maurice étaient censés travailler de concert avec le BOI pour débloquer les grands projets d`investissements. D`autre part une grande délégation menée par le Ministre des Finances de l`époque,Vishnu Lutchmeenaraidoo, comprenant Dev Manraj, Basant Roi , l`Ambassadeur de Maurice aux Etats-Unis etc. avait rencontré les responsables  de la Banque Mondiale pour la région afin de dégager une forme d`assistance technique pour améliorer la stratégie gouvernementale concernant la facilitation des affaires. Et pour couronner le tout, un `High Power Cttee`présidé par le même Ministre pour superviser les mesures visant à transformer Maurice en `business friendly`avait été institué pat le Conseil de Ministres en Octobre 2015.

 

Tout ça pour faire Maurice descendre du 19ème rang en 2013 au 49ème rang en 2016, un recul de 30 places!!!

 

Comment expliquer une telle dégringolade?

 

Gérard Sanspeur a concédé que "c`est embarrassant". Mais les membres du Gouvernement diront certainement ce que l`on peut facilement anticiper:" C`est l`Ancien Régime ki responsab". A chaque fois c`est le même refrain. Le peuple y en a marre. De 2005 à 2013, sous le régime de Navin Ramoolam, le pays est sorti du 32ème rang pour se classer au 19ème rang. De 2014 à 2016- en l`espace de deux ans seulement- sous le Gouvernement d`Anerood Jugnauth, le pays dégringole du 19ème au 49ème rang et c`est toujours Navin qui serait "responsab?"

 

Mais qui diantre dirige ce pays?

B.K