LA SBM TOWER EBRANLEE

Après le crash de notre compagnie d`aviation nationale voilà que notre banque nationale est prise dans un tremblement financier. Quand on place des` prédateurs` à des postes pour lesquels ils ne sont pas faits cela nous mène toujours à la catastrophe. C`est ce qui se passe dans le pays depuis l`arrivée des Jugnauth au Gouvernement en 2014. Les ravages causés par le népotisme et le favoritisme se sont accumulés au fil des ans et le virus économique qui a infecté notre pays ne s`appelle pas Covid19 mais il a pour nom `THE JUGNAUTH DYNASTY`. Le drame de la SBM ne réside pas pas dans la chute de ses profits qui dégringolent de plus de Rs. 2 miliards (2017) et de Rs.3milliards (2018) pour terminer à Rs 15 millions en 2019. Le véritable drame se trouve dans la trame qui s`est jouée dans les coulisses cachée des yeux des spectateurs bons enfants.

 En voici un aperçu de cette comédie noire : Dans toutes les grandes fraudes bancaires de l`histoire il y a toujours eu une constance : les fraudeurs n`ont jamais agi seuls. Les complices se partagent les butins mais il n`y a qu`un seul qui porte le chapeau. On a eu une idée de ce genre de cinéma à Maurice même dans les cas de la caisse noire d`Air Mauritius où les Trivengadum et Tyack ont porté les croix alors que les bénéficiaires(non -impliqués et innocents) en sont sortis indemnes. Dans la fameuse fraude à la MCB où Rs.881 millions se sont volatilisés il n`y a eu qu`un seul traqué au nom de Lesage. On attend toujours (après plus de 15 ans) de connaître les personnes qui ont empôché le butin à part le notoire Teeren Appasawmy. On ne le saura jamais. Pourtant il y a eu de multiples bénéficiaires.

 Dans le cas de la SBM voici le scénario classique: On commence par nommer des laquais et des proches sur le Board, des prêts sont accordés selon un plan bien calculé à l`avance et les bénéficiaires de ces prêts savent ce qu`ils doivent faire car ils sont complices dès le départ. Entretemps les membres du Board et certains personnels clés sont remplacés d`une année à l`autre pour que les responsabilités soient difficiles à établir de manière claire. C`est dans ce contexte qu`il faudra voir la série interminable de changements de CEO`S de Chairman et des membres du Board dans ces deux organismes depuis l`arrivée des Juganuth. Dans les coulisses les coups se faisaient en sourdine et quand le gros créancier en question est déclaré insolvable les gros malins vont tout simplement `faire des provisions pour des pertes` dans les livres de la compagnie. C`est aussi simple que ça! Le système capitaliste est construit autour de ce genre de manoeuvres bizarres mais parfaitement légales.

Donc où est le mystère?

Qui va nous convaincre que derrière ces prêts non rentables il n`y a pas eu des magouilles accompagnées de gros `BACKSHISH` comme diraient les confrères businessmen de ce fameux Shetty( celui par qui le scandale est arrivé) opérant à Abu Dhabi/ Le principal concerné s`est cloîtré en Inde ( ce qui n`est pas une coïncidence) et il sera impossible de le faire venir à Maurice pour dire la vérité concernant les magouilles. Cela les magouilleurs le savaient bien à l`avance. C`est comme ça que la trame se déroule. Pour ceux qui voudraient en savoir plus nous recommendons d`aller consulter les récents développements concernant le magnat indien en fuite au nom de Mawllia qui a perdu son appel contre l`ordre d`extradition devant la Cour de Londres où il s`était réfugié. 

 En tout cas à Maurice les tenants du Pouvoir à tous les niveaux continueront à nous jouer des tours de ce genre car si on a pu fausser une élection comment ne peuvent-ils pas faire d`autres coups de chapeau facilement? Nous pouvons annoncer dès maintenant les prochaines débâcles à venir concernant la Maubank et la NIC.

Et dire que ce sont ces gens là qui ont détruit la BAI  sous le prétexte de `PONZI SCHEME`...!