LA VENDETTA CONTINUE

Depuis l`arrivée au Pouvoir des Jugnauth, père et fils se sont acharnés contre l`ancien Premier Ministre. Des 11 charges provisoires neuf ont été abandonnées et on attend avec impatience les verdicts dans les deux cas qui restent. Entretemps certaines actions intriguent les observateurs juridiques. Pourquoi le directeur de l`IRSA trouve les explications de l`ancien Premier Ministre inacceptables alors que les Jugnauth eux-mêmes se sont déjà confiés quant à la provenance des fonds ayant servi à la construction du `Sun Trust Building`? Ici les donations passent ; là-bas non. En tout cas on laisse le soin à la Cour de juger et il est totalement inapproprié de qualifier les explications de l`ancien PM de "bancales" comme rapporté par un  Quotidien. Trop de monde s`inquiète du retour inévitable de Navin Ramgoolam au Pouvoir et ils deviennent des alliés objectifs pour essayer de lui barrer la route, ce qu`ils ne pourront jamais faire. Alors vaut mieux pour eux de se concilier avec les réalités implacables qui démontrent de manière extêmement limpide que le prochain Gouvernement sera `Rouge`. 

Au-delà des nombreuses mesquineries dont les anti- Ramgoolam font preuve, il y a aussi un élément capital qui les force à agir ainsi. C`est que les intérêts de beaucoup de gens de ce pays sont liés au Régime actuel. Pour des raisons que l`on peut facilement deviner ils aimeraient travailler avec les Jugnauth que Navin Ramgoolam. Celui-ci n`a-t-il pas à maintes reprises réïtérer sa détermination de rompre avec le système actuel? La rupture fait peur à ces gens et ils se démênent comme des diables pour échapper au sort qu`ils pourraient subir après le changement qui arrive au grand galop.

Mais ce qui rend perplexes les citoyens de notre pays est cet acharnement sans fin contre l`ancien Premier Ministre. On est obligé de croire finalement que la vendetta continue de faire son chemin . Ce qui nous mène à conclure que le Gouvernement des Jugnauth aura passé 5 ans à simplement pousser sa vengeance contre l`ancien Premier Ministre au lieu de gouverner le pays, nous disons bien cinq ans car les affaires logées traînent toujours.