LE CAS SOODHUN :"GAME NOT OVER YET"

On le savait . Seule la pression pourrait pousser Pravind Jugnauth à se séparer de Soodhun. A la lumière des déclarations de Collendavello, Anerood Jugnauth et Koonjoo qui minimisaient la portée des propos infectes de leur collègue et attendaient même avec frénésie la fin de l`enquête pour sa mise hors de cause, il était clair que le Gouvernement avait décidé d`adopter la voie "légaliste" au lieu du code éthique et moral. L`empressement de certains qui s`éfforcent de caresser le PM dans le sens du poil pour l`amadouer à leur égard relève d`une naïveté pathétique. Qui peut nier le fait que Pravind Jugnauth a fait de la carte communale sa principale stratégie pour l`avenir? Seuls ceux qui ont des agendas personnels à promouvoir refusent de l`admettre publiquement quoiqu`ils soient d`accord en privé. Le vrai problème n`est pas Soodhun et ses bêtises mais la politique de Pravind Jugnauth.

 

La vérité est que la décision de `step down`est venue 4 jours après que Pravind fut mis au courant du délit par des journalistes alors que ses services de renseignements savaient déjà tout. Nous pouvons affirmer que la rencontre au pied levé avec ces journalistes n`était qu`un subterfuge de la part du PMO afin de tâter les pouls. La même chose pour la rencontre avec l`Evêque. Ainsi quand ils ont bien mesurer l`ampleur des dégâts que le maintien de Soodhun à son poste allait causer que la décision fut prise d`une "amicable separation" selon la version du PM lui-même. Il ne faut pas sous-estimer les Services Spéciaux qui opèrent derrière les rideaux avec la bénédiction du pays connu comme "grand frère" dont la mission consiste à faire monter la côte de Pravind par tous les moyens. Donc le dénouement ultime de toute cette histoire est prévisible: On demandera à Soodhun de garder un profil bas pour un certain moment, le temps que l`enquête soit boûclée et le rapport soumis. On nous dira finalement que Le Ministre parlait à un petit groupe restreint de personnes venues solliciter son intervention dans le cas spécifique de Bassin en un lieu délimité qu`est le `Committee Room ` du Ministère et que le vrai coupable est celui qui a enregistré la video sans le consentement du Ministre, ce qui constitue un délit selon l`ICTA. Le Ministre voulait simplement rassurer les personnes présentes pour faire avancer un projet d`intérêt national!! Alors on s`arrangera pour une réhabilitation rapide du Sheikh auto-proclamé. Voilà le scénario éxacte sur le quel travaillent les metteurs-en-scènes au service de Pravind Jugnauth. Entretemps les dinars arabes ne seront pas compromis. Le film aura bien réussi.

 

Alors nous disons sans la moindre hésitation que "the game is not over yet". Et il est encore trop tôt pour jubiler!