Le Manifeste Electoral de L’alliance Lepep – Entre Bluff et Réalité

En parcourant le Manifeste Electoral de notre gouvernement  hétéroclite, on ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer. Des promesses farfelues et non-tenues. Et on nous demande d’être patients.
Voyons un peu les faits :

 

1.    Chances égales pour l’emploi
L’Alliance Lepep avait fait des nominations faites sous l’ancien régime son cheval de bataille et avait promis de faire appel de candidatures pour les postes à pourvoir, mais force est de constater que c’est tout à  fait le contraire qui se passe.
Nous vous invitons  à constater par vous-même les faits :
a.    Papa Badhain, père du Ministre de la Bonne Gouvernance – nommé Chairman de la DBM,
b.   Kaushik Goburdhun – nommé en catastrophe à la tête de l’ICAC, alors que selon le Leader de l’Opposition, le choix s’était porté sur un autre candidat. Kaushik Goburdhun est un parent du Ministre de la Bonne Gouvernance.
c.    Dinesh Babajee, candidat battu du MSM –  nommé Président de Employers Welfare Fund.
d.    Raouf Gulbul, candidat battu du MSM – nommé Directeur de la Gambling Regulatory Authority.
e.    Avinash Meetoo, fils d’un maire MSM an charge de l’Information And Communications Technologies Authority.
f.    Pravin Jugroo, cousin du Chief Whip du MSM Mahen Jugroo au State Investment Trust
g.    Maya Hanoomanjee, candidate battue du MSM au poste de Speaker. Une première dans les annales.
h.    Prakash Maunthrooah, Campaign Manager du MSM et sur qui pèsent des allégations de fraude – Conseiller au PMO et sur le conseil d’administration de Air Mauritius.
i.    Vishal Mauracheea, activiste MSM – au National Institute for Cooperative Entrepreneurship Council.
j.    Sherry Singh, du clan P.Jugnauth à la tête de Mauritius Telecom.
k.    Surya Gayan, épouse du Ministre Gayan au MGI.
l.    Vijaya Samputh, très proche du Ministre Gayan au Cardiac Centre.
m.    Ramalingum Maistry, candidat battu de PMSD au Mauritius Ports Authority
n.    Robert Pallamy, membre du PMSD au Cargo Handling Corporation
o.    Robin Appaya, Campaign Manager du Ministre Soodhun au Ministère des Terres et Du Logement
p.    Richard Driver, membre du PMSD au Ex-Servicemen Trust Fund.
q.    Shamila Sonai Ori, Conseillère du MSM, Belle Sœur de P.Jugnauth au Protection Of Borrowers.
r.    Avineshwur Dayal, fils de Raj Dayal au Civil Service Conciliation Service.
s.    Brenda Tanacody, membre du MSM au Mauritius Examinations Syndicate.
t.    Deshmukh Kowlessur, proche de P.Jugnauth qui opérait Tropical Times, tous les restaurants à l’aéroport avant Airway Coffee, au Competition Commission.
u.    Bhagmat Daumoo, agent du Ministre Seeruthun à la Mauritius Meat Authority
v.    Dr.R.Bheenick, candidat battu MSM au State Trading Corporation
w.    Raj Dhaliah, candidat battu MSM au State Trading Corporation
x.    Kee Cheong Lee Kwong Wing, ex-député MMM passé en catimini au MSM, à la direction de la SBM. La constitution de la SBM dut être amendée afin d’accommoder Lee Kwong Wing, qui n’avait pas l’expérience requise.
y.    N.Hanoomanjee, fille de Maya Hanoomajee nommée à la direction de la SPDC alors qu’elle n’était même pas au pays et, selon ses dires, même pas au courant du poste qu’elle allait occuper…
z.    Y.Choomka, membre du MSM, Chairperson de IBA qui s’auto-recrute comme Directrice de IBA

2.    Démocratisation de l’Economie.
Relancer l’Employees Real Estate Investment Trust pour faire participer les travailleurs au développement immobilier.
Offrir gratuitement des actions des différentes entreprises de l’industrie cannière aux petits planteurs et aux travailleurs de cette industrie.
Ouvrir la production d’énergie verte aux sociétés coopératives.

En ce qui concerne le développement immobilier, on aura vu que c’est uniquement le gros capital qui a des intérêts dans les smart cities. Le gros capital bénéficie des avantages certains sur les taxes, notamment la Land Conversion Tax et la TVA. 
Et voilà que le Premier Ministre qui vient déclarer que le développement foncier n’est pas le moteur du développement  économique. Cela donne un mauvais signal aux promoteurs.
Pour l’industrie cannière, les petits planteurs n’on En parcourant le Manifeste Electoral de notre gouvernement  hétéroclite, on ne sait plus s’il faut en rire ou en pleurer. Des promesses farfelues et non-tenues. Et on nous demande d’être patients.

 

 

2.    Démocratisation de l’économie.

Relancer l’Employees Real Estate Investment Trust pour faire participer les travailleurs au développement immobilier.

Offrir gratuitement des actions des différentes entreprises de l’industrie cannière aux petits planteurs et aux travailleurs de l’industrie sucrière.

Ouvrir la production d’énergie verte aux sociétés coopératives.

 

En ce qui concerne le développement immobilier, on aura vu que les smart cities ou c’est uniquement le gros capital qui a des intérêts. Le gros capital bénéficie des avantages certains sur les taxes, notamment la Land Conversion Tax et la TVA. 

Et voila que le Premier Ministre qui vient déclarer que le développement foncier n’est pas le moteur du développement  économique. Cela donne un mauvais signal aux promoteurs.

Pour l’industrie cannière, les petits planteurs n’ont rien reçu, sauf les petits copains. Comment le Gouvernement peut-il offrir gratuitement des actions des entreprises de l’industrie cannière, alors que ce sont des entreprises du privé ?

La  production de l’énergie verte est en veilleuse, la production d’éthanol est compromise et il n’y a pas de projet d’envergure de la CEB pour la production de l’énergie verte. 

Bien au contraire, le gouvernement s’apprête à installer deux moteurs à l’huile lourde pour le CEB et faire du village d’Albion un petroleum hub.

 

 

3.    Services Financiers

Encourager plus fortement les sociétés internationales à établir leur quartier général à Maurice. Elle veut aussi créer un Africa Social Fund qui interviendrait sur la micro finance et le social.

 

Avec les agissements du Ministre de la Bonne  Gouvernance, surtout concernant l’accord de non-double imposition avec l’Inde, le secteur se trouve dans l’impasse. Le résultat de la politique revancharde du gouvernement a fait fuir les investisseurs et on a eu un désinvestissement massif dans le secteur financier.

 

 

4.    Création de 100,000 emplois en 5 ans.

Cette promesse avait séduit les électeurs en 2014, et les chômeurs avaient aperçu une lueur d’espoir, mais ils ont très vite déchanté.

Au lieu de créer des emplois, le gouvernement a tout fait pour augmenter le taux de chômage. Avec le démantèlement de la BAI, cela a eu une répercussion sur le climat des affaires et cela a engendré un marasme économique

 

 

5.    Revoir le permis à points.

C’est vrai que le permis a points avait créé une impopularité du gouvernement Ramgoolam, mais on était loin d’imaginer la négligence des chauffeurs au volant. Les cameras n’avaient fait que mesurer la vitesse à laquelle nos automobilistes conduisaient.

Les assureurs avaient reconnu que le nombre d’accidents avaient baissé avec la mise en application du permis à points. Le système devrait être amélioré mais pas aboli.

Par pure démagogie, l’Alliance Lepep avait promis de revoir, mais avait fini par abolir le système avant de revenir avec une formule révisée. Mais entretemps, l’effet de cette décision n’a pas tardé à se faire sentir.

Depuis le début de 2016, on dénombre 50 morts sur nos routes, et cela sans compter les nombreux blessés dont  les vies ont été brisées à tout jamais.

 

A.J