LES JUGNAUTH ET LES DERIVES AUTOCRATIQUES

Le monde est devenu un village global. Il n`existe plus de frontières dans le domaine de communications. Les nouvelles et les images traversent les continents en temps réel.Personne désormais ne peut se soustraire à ses actes qu`on voudrait garder en cachette à cause de leur nature rebarbative.Les Mauriciens doivent ainsi en train de suivre avec intérêt ce qui se passe aux Maldives, en Afrique du Sud, au Kenya et au Zimbabwe entre autres. La situation en RDC est encore plus grave alors que le Liberia est à peine sorti de la crise qui l`avait presque paralysé. Quel est le point commun qui lie tous ces pays et en quoi cela peut-il intérésser les Mauriciens?

Pour commencer la cause de tous ces malaises dans les Pays mentionnés n`est pas, comme on aurait pu le croire, la misère ou la guerre, quoique ces plaies ne soient pas totalement absentes, mais elle est de nature politique. Comme à Maurice les dirigeants de ces pays sont plus obsédés par les réglements de compte que par la bonne gouvernance et l`intérêt des nations qu`ils dirigent. En Afrique du Sud Zuma fait de la résistance malgré la perte de tout support et confiance au sein de son propre Parti le ANC. Aux Maldives le Président a mis tous les opposants en prison et en défiance d`un jugement de la Cour Suprême, il proclame l`état d`urgence pour museler toutes critiques. Ailleurs c`est la pagaillie générale comme au Kenya où l`opposant Odinga prête serment comme Chef de Gouvernement l`ors d`une cérémonie solenelle en public alors que Kenyatta a été déjà investi officiellement. Au Zimbabwe le coup d`Etat de Palais a réussi à faire partir Mugabe mais le pays est encore à la recherche de stabilité et risque de sombrer dans le chaos. En RDC, c`est la répréssion qui prédomine contre les manifestations citoyennes regroupant aussi l`Eglise.

 A Maurice les Jugnauth ont inauguré leur règne par la vengeance. Leurs victimes ont pour noms Dawood Rawat, Navin Ramgoolam, Bhunjun, tous ceux qui étaient proches de l`ancien Régime et leurs familles. Ils ont assimilé des citoyens innocents dans ce broyage simplement parce qu`ils ont le courage de dire ce qu`ils pensent. Ainsi les marchands ambulants de Port Louis et les dirigeants de la SDTF ont été des cibles innocentes dans cette répréssion sans limites de tous ceux que les Jugnauth pensent comme étant proches de Navin Ramgoolam. La Partielle du No.18 a démontré que les gens ne peuvent pas être intimidés par ce genre de répréssion. Pour ceux qui connaissent Anerood Jugnauth, il n`y a rien de nouveau dans tout ça. Dans les années 80`s il avait mis en marche le bulldozer de la haine et de la hargne contre ses adversaires politiques afin de régner en seul maitre. Mais il avait mal calculé son coup. A Maurice les mégalomanes et les autocrates ne s`amusent que pour un temps. La colère du peuple couve mais ne s`estompe pas. Elle s`exprime à travers les urnes et pour en avoir la preuve les Jugnauth et le MSM n`ont qu`à dissoudre le Gouvernement et proclamer de nouvelles élections. 

Auront-ils le courage de le faire? A défaut de ça ils pourraient au moins demander à Tarolah de démissioner et organiser une autre partielle au No.10. Mais Tarolah n`a fait que parader sa langue alors que les Soodhun et Dayal n`ont pas su la manier comme il faut. Si c`est pour une affaire de langues on devrait avoir trois démissions et disons d`emblée que les fautes commises par ces trois larrons par le biais de leurs langues n`ont d`égales que la langue d`Anerood Jugnauth qui a parlé de bains `rodriguais` et de `pissars` comme s`il s`agissait de compliments et donc ce n`est pas une ou trois mais de quatre démissions qu`il faudrait parler. Cependant avec des fripouilles comme les Jugnauth et le MSM on perd notre temps à éspérer. On entend déjà le Ministre Mentor crier avec rage..."Mo pisse ar zot"!!!  

Mais on pourrait tout aussi lui rappeler que le peuple attend précisément le moment des élections pour "piss ar ou"comme les électeurs du No.18 l`ont fait déjà!