LES RAMIFICATIONS DE LA TRACTOPELLE

La découverte de la cocaïne d'une valeur marchande de Rs1,4 milliards dissimulée dans une tractopelle aura poussé les Mauriciens dôtés de bon sens à faire certaines observations très pertinentes. En voici cinq des plus importantes:

 

  1. Pour commencer il est impossible pour n'importe qui de mettre autant d'argent dans une transaction aussi coûteuse et dangereuse sans qu'il y existe un cordon de protection acquise au préalable à travers les moyens utilisés pour s'assurer que le cargo passera sans anicroche. Les meilleurs protecteurs dans ce domaine sont les hommes clés qui prennent les décisions cruciales aux différentes étapes de la filière. Donc dès le départ il faut concentrer sur les 'important decision makers'dans le pays. Ni la Douane, ni la Police,ni le PMO ne doit être négligé. Personne n'est au-dessus de soupçons.
  2. Une commande faite par un client passe par des procédures établies et connues de longue date. Les identités du client, de l'agent, du fournisseur, du transporteur et de tous les intermédiaires sont obligatoirement mentionnées dans les documents officiels et leurs authenticités sont toujours vérifiées avec l'aide de la technologie la plus moderne et sophistiquée. Il arrive cependant que des fausseurs passent à travers les mailles du filet mais dans le cas qui nous concerne ce n'est pas le cas. Au contraire il s'agit d'une commande passé par un client connu et dont l'agent est encore plus connu( 'SCOMAT'). Si l'objet a échappé à la vigilance de la Douane il a été par contre découvert par hasard par des mécaniciens de 'SCOMAT'. La première question se pose à ce niveau : Est-ce qu'il y aurait une personne non-identifiée à ce stade qui serait un lien dans la transaction au sein de la compagnie? La Police peut vérifier un par un chaque individu au sein de la firme pour résoudre ce premier mystère. Mais pour ce faire elle aurait dû procéder à l'interpéllation immédiate du client dont l'identité est connue. Alors là se pose la deuxième question: Pourquoi le client n'a pas été convoqué pour un intérrogatoire des plus serré jusqu'à l'heure? C'est ahurissant mais les Autorités semblent paralysées. Pourquoi?
  3. Est-ce que les Autorités sont sous le coup de directives spécifiques pour ne pas bouger trop vite et comme il fallait le faire? Qui veut-on protéger ou couvrir? Le marché local ne serait pas approprié pour de marchandises de telle envergure, alors on parle d'un réseau international. Peut-on opérer un tel réseau sans une protection  venant des sphères les plus hautes du pays? Quand on a connu un Dewdanee passant le bras autour du Premier Ministre au Sun Trust comme si PJ était un 'Good Friend' et que Péroumal Veeren déclare devant la Commission LSL que le PM serait un ' financier de la drogue'on est obligé de prendre chaque menu détail avec la plus grande précaution. C'est la raison pour laquelle il aurait fallu démarrer l'opération 'démasquage'le plus vite possible dans cette affaire de tractopelle. Le fait que l'affaire traîne soulève de doutes et ne rassure personne!
  4. S'il s'agissait bien d'un réseau international on doit scruter les frontières concernées. Dans le passé le rapport de la Commission Rault sur le trafic de drogues avait révélé que des fonctionnaires étaient impliqués dans la facilitation de ce commerce illicite. Les personnes incriminées furent sévèrement sanctionnées. Les trafiquants peuvent changer de méthodes mais la pratique de la corruption et l'existance de personnes corruptibles ne changent jamais. Il est indispensable de fouiller sans pitié dans les rangs des services concernés le plus rapidement possible mais comment espérer à cela quand l'interpéllation du principal client lui-même n'a pas été faite? Quel est le mystère derrière toute cette affaire?
  5. Les voyages de certains fontionnaires intriguent. Le chef du 'Counter Terrorism Unit'aurait fait 50 déplacements y compris à Dubai en l'espace de 4 ans et depuis 2015 il aurait passé l'équivalant de 9 mois en dehors du pays. Personne au monde ne peut justifier ces frasques au nom du travail qu'il fait car l'efficacité du combat contre le terrorisme ne se trouve pas dans les voyages. A moins qu'on soit délégué pour faire autres choses. On se souviendra que c'est la même personne qui fut envoyée au Mozambique pour dépister Kistnah et négocier avec lui pour son retour à Maurice. Le silence de  cette personne mêlée à l'affaire qui reste toujours d'actualités intrigue aussi, surtout parce que Dewdanee a été libéré sous caution .
  6. Conclusion: Impossible de croire que cette affaire de tractopelle serait un simple accident et une affaire de 'mistaken identity or destination'. Les faits sont là pour prouver le contraire. On fait tout pour étouffer ce scandale dans un océan de confusions. Certains médias sont devenus étrangement silencieux sur ce genre d'affaires. A travers le monde la mafia est parvenue à indirectement contrôler non seulement des Gouvernements mais aussi des ONG'S et  certains médias. Comment? L'argent ne peut pas tout acheter mais au moins il parvient à 'obtenir le silence de beaucoup'. Même si ce silence est une complicité flagrante!