MUSELER LES INTERNAUTES - UNE VAINE TENTATIVE

Maurice est entrée depuis le 31 Octobre 2018 dans la phase la plus noire de son histoire. A l`aube de ce jour fatidique le Gouvernement des Jugnauth`s a voté en catimini une loi qui vise à museler tous les internautes. Les délits mentionnés dans cette législation qui entrera en vigueur aussitôt promulguée sont tellement larges que les internautes se verront littéralement barricadés sur tous les fronts. Il n`y a pas d`espaces pour la `libre pensée ni les libres commentaires`. Toute publication sur les réseaux sociaux ou un simple message " likely to cause or causes annoyance, humiliation,inconvenience, distress or anxiety to any person" entrainerait une charge provisoire contre la personne et au cas où elle est trouvée coupable, elle s`exposerait à une peine maximale de dix ans de prison.

 

Cependant la précipitation qui a accompagné ce projet de loi aura été fatale à ses concepteurs. Ils ont voulu plaire au Prince du jour mais en fin de compte ils ont pondu la chose la plus ridicule de notre histoire législative. Le monde entier va se moquer de notre Gouvernement au lieu de s`alarmer sur les attaques déguisées sur la liberté d`expression.

 

L`amendement apporté à l`article 47 de l`Information and Communication Technologies Act (ICTA), est non seulement une atteinte malveillante à la liberté d`expression mais il est l`incarnation parfaite du ridicule et de l`imbécilité. Comment déterminer qu`un message cause d`inconvénient à X ou humiliation à Y ou `distress` à B et `anxiety` à C alors que les messages ou les commentaires sont appréciés de manière multiple et différente. Pour certains ils peuvent procurer du plaisir alors que d`autres en sont offusqués même s` il est question d`un fait avéré ou d`une vérité pas facile à digérer. Les lois existantes sur la diffamation ou la propagation de fausses nouvelles ou des informations ou propos susceptibles de `cause unrest or foment trouble` dans le pays sont suffisants pour s`occuper de ces délits. Il est normal de punir par des lois rigides ceux qui s`adonnent à des actes de diffamation ou de fomentation de troubles à l`ordre publique et mettre en danger la paix sociale dans n`importe quel pays civilisé. Mais ce que le Gpuvernement des Jugnauth`s vient  de faire est le sommet du ridicule. On en rira bien pendant longtemps car le procureur ne saura pas sur quel pied danser quand les avocats de la défense se mettront à questionner les témoins ou les plaignants. Comment arrivera-t-on à prouver un délit contre ce qui est en fait un état d`esprit ...` annoyance, distress, anxiety, humiliation , inconvenience...etc happens every day even without the internet  so what ?

 

Conclusion- La vérité est que cette loi a été préparée en quatrième vitesse juste pour essayer de contenir l`avalanche de commentaires et partages sur les réseaux qui allait venir suivant la fameuse photo`Sherry/Kobita`. Mais il ne faut pas oublier que cette photo n`est pas truquée et elle reproduit un fait réel sans arrières pensées. Pourquoi certaines personnes se sentiraient-elles `annoyed and distressed` devant une photo innocente qui est une REALITE. L`amitié, la proximité, l`intimité...sont toutes des réalités qui font partie de la vie des hommes. Seuls les esprits tordus cherchent à voir autre chose derrière les faits. Alors on va légiférer pour sévir contre les imaginations trop fertiles? La vérité est simple. Quand on est innocent on doit avoir la conscience tranquille. Pourquoi donc tout ce tralala? 

 

En plus les mille experts qui abondent au PMO et dans la Cuisine ne savent-ils pas que les réseaux sociaux sont tous régis par leurs propres codes d`éthique et que toute personne qui se croit victime d`agissements injustes et infondés peut se plaindre aux QG`s respectifs des sites concernés qui prennent les actions appropriées au cas par cas. Mais encore faut-il pouvoir les convaincre qu`il s`agit de nouvelles ou images manipulées entraînant dans leurs sillages des commentaires néfastes et injustifiés. 

 

Autant qu`on sache le cas qui a provoqué tout ce méli-mélo ne tombe ni dans la catégorie de` fake news `ni dans celle de` montage truqué`.Donc cette législation n`avait pas sa raison d`être pour commencer. Et puis il y a cet adage: `S`attaquer aux médias et les réseaux sociaux c`est comme se battre contre le sable mouvant; plus vous frappez , plus vous vous y enfoncez.`