ON NE GOUVERNE PAS DANS LA PANIQUE

La récente décision du Gouvernement d`un `Shut Down`total des boutiques , supermarchés, foires et tous les autres fournisseurs d`aliments risque d`envenimer la crise que nous traversons. Comme l`a bien fait remarquer le leader du PTR et ensuite confirmé par le Dr Guness, il ne faut pas tomber dans la panique mais chaque décision doit être prise avec calme et sérénité. La fermeture totale des points de vente de produits alimentaires équivaut à couper la chaîne de `distribution de denrées de base`donc priver certains groupes de nos concitoyens de leur nourriture. 

Le Premier Ministre a été très mal conseillé et il doit rectifier le tir le plus tôt possible. Au départ le choc est paralysant mais au bout de quelques jours les gens perdent leur sens de contrôle et deviennent désespérés. Quand ils pensent à leurs familles et enfants qui risquent de souffrir de faim ils vont se révolter. Cela commence par un petit mouvement qui devient très vite un brasier que même la plus grande armée ne pourra arrêter. Pourquoi? Parceque les hommes qui sont censés agir au nom de l`état sont dans la même situation. Ils deviennent psychologiquement empathiques aux manifestants et les choses prennent une tournure dramatique. La rue n`est jamais rationelle. Elle peut avoir un motif de déclenchement parfaitement justifié mais une fois en route le mouvement ne va pas broncher.

Il est donc temps de contenir les débordements inévitables à venir. On peut contrôler les consommateurs devant les grandes surfaces en mettant les soldats de la SMF à l`oeuvre. Les gens qui font la queue devant les supernarchés ont un profil type. Ils sont impatients mais paisibles, pourvu qu`ils soient assurés qu`ils pourront entrer pour se procurer des choses essentielles. Le message à toute la population aurait dû être différent: ` Vous pouvez continuer à aller faire vos provisions mais désormais vous serez contrôlés à l`entrée et les soldats vous aideront à vous mettre en rangées et par la suite feront entrer des gens par petits groupes restreints.`Quant aux boutiques et boulangeries  le contôle est encore plus facile car les gens qui s`y rendent n`ont pas l`habitude de passer plus de temps qu`il n`en faut pour acheter leurs produits et partir. 

Alors il y a eu précipitation et confusion malheureuses. Il ne faut pas penser à l`orgeuil personnel. Ce n`est pas une question de perdre la face. Dans une situation de crise chaque décision peut être modifiée en cours de route. Il serait tout à fait à l`honneur du Gouvernement de changer de cap surtout que nous sommes à la fin du mois quand les gens font leurs courses habituelles. En plus le plan de `Food Aid`ne marche pas dans ce genre de situation Ce n`est pas une partie seulement de la population qui est en difficultés mais le peuple entier. Alors il sera difficile de faire le tri et qui va prendre le risque d`aller s`exposer aux risques de contamination et ....d`injures et inévitables agressions?

La meilleure chose à faire c`est de revenir sur la décision de fermer les `Food Suppliers` et rétablir le calendrier précédent avec un système de contrôle rationnel et pratique. Il ne faut pas oublier que la règle de base dans le `crisis management` est de faire baisser les tensions et les paniques en créant une ambiance de sérénité et d`assurance. Les produits sont là, les stocks sont suffisants, il n`y a pas lieu de se presser ou tomber dans le désespoir. C`est ce sentiment là qu`il faudra créer dans les esprits et coeurs des Mauriciens et il n`y a aucun doute que cela va marcher.