Présidentielle : qu'ont voté les grandes villes ?

Paris, Marseille, Lyon, Lille, Bordeaux... Le Figaro fait le point sur les résultats du premier tour de l'élection présidentielle dans les dix villes françaises les plus peuplées.

 

Paris: Macron largement en tête

Emmanuel Macron arrive largement en tête en Ile-de-France comme à Paris: il remporte 13 arrondissements de la capitale sur 20 avec 34,83%, soit plus de huit points devant François Fillon, en deuxième position. L'ancien ministre de l'Économie arrive même à s'adjuger quatre arrondissements détenus par la droite, le Ier, le Ve, le IXe et le XVe. François Fillon, député de Paris, remporte les arrondissements des beaux quartiers: le VIe (39,7%), le VIIe où il a voté (52,70% des voix), le VIIIe (50,48%), le XVIIe (37,71%) ou le XVIe (58,45%). Jean-Luc Mélenchon prend la troisième position avec 19,5% et remporte les populaires XIXe et XXe arrondissements (30,69% et 31,80%). Avec 10% des voix, Benoît Hamon, qui était soutenu par la maire de Paris, fait mieux qu'au niveau national mais ne se place que quatrième. La capitale fait par ailleurs plus que jamais de la résistance au Front National. Sa présidente Marine Le Pen récolte 4,99% des voix, contre 6,2% en 2012.

 

Marseille: Mélenchon l'emporte

Dans ce sud-est acquis à la droite et à l'extrême droite, Marseille, deuxième ville de France, se distingue avec la victoire du leader de La France insoumise, en tête avec 24,82% des suffrages, 11 points de plus qu'en 2012. Marine Le Pen s'assure la deuxième place, avec 23,66% des voix, et continue d'engranger des points par rapport à 2012. Emmanuel Macron ne récolte que 20,44% des voix, en retrait par rapport à son score national, tandis que François Fillon n'est que quatrième, avec 19,81% des voix, dans une ville dirigée depuis 22 ans par le sénateur LR Jean-Claude Gaudin.

 

Lyon: Le Pen à la peine

Le maire de la ville, Gérard Collomb, s'est engagé très tôt au côté d'Emmanuel Macron. Ce dernier y passe la barre des 30% des suffrages, devançant François Fillon (23,35%) et Jean-Luc Mélenchon (22,87%, soit deux fois son score de 2012). Marine Le Pen n'arrive qu'en cinquième position (8,86%) derrière le candidat socialiste (9,13%). Au premier tour de la présidentielle 2012, Nicolas Sarkozy était arrivé en tête.

 

Toulouse: l'insoumis en tête

Jean-Luc Mélenchon arrive en premier à Toulouse (29,16%), devant Emmanuel Macron (27,27%) et François Fillon (17,69%). Marine Le Pen n'arrive que cinquième avec 9,37% des voix. En 2012, François Hollande était arrivé largement en tête du premier tour avec presque 35% des voix.

 

Nice: Fillon tient bon

Dans ce fief du président Les Républicains de la région, Christian Estrosi, marqué par l'attentat du 14 Juillet, François Fillon parvient à s'assurer une première place (26,10%). En 2012, le candidat de l'UMP Nicolas Sarkozy récoltait plus de 34% au premier tour. Cette année, Marine Le Pen gagne deux points par rapport à 2012, à 25,28%, et Emmanuel Macron est troisième (20,52%).

 

Nantes: Macron vole la vedette

Le leader du mouvement En marche! arrive en tête dans cette commune votant traditionnellement à gauche (30,83%). Cinquième en 2012 avec 10,14% des voix, Jean-Luc Mélenchon s'arroge la deuxième place (25,47%) devant François Fillon (20,25%) et Benoît Hamon (10,98%).

 

Strasbourg: rare bastion anti-Le Pen de la région

Dans le Grand Est, Marine Le Pen réalise presque un carton plein. Seules les grandes villes de la région échappent à la domination frontiste: elle n'obtient que 12,17% des voix à Strasbourg (contre 27,76% à Macron et 24,36% à Mélenchon). Sans surprise, le président (LR) de la région, Philippe Richert a appelé à voter pour le candidat d'En Marche!, afin de rejeter le «projet anti-européen» frontiste.

 

Montpellier: ville de gauche

Montpellier confirme sa réputation de ville de gauche en choisissant le candidat de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon (31,46% contre 15,69% en 2012), qui devance très largement Macron (24,69%). En 2012, la ville votait François Hollande à 34,98% au premier tour.

 

Bordeaux: le candidat LR désavoué

Dans la ville d'Alain Juppé, rival malheureux de François Fillon à la primaire, Emmanuel Macron remporte 31,26% des voix. François Fillon y est aussi devancé par Jean-Luc Mélenchon (23,4% contre 21,8%). Marine Le Pen arrive à la cinquième place, avec 7,4%. En 2012, François Hollande avait récolté plus de 33% des voix en 2012... aujourd'hui, le socialiste Hamon ne récupère que 10% des voix. Dimanche soir, Alain Juppé a appelé à voter au second tour pour Emmanuel Macron, arrivé en tête dans la quasi-totalité des départements de Nouvelle-Aquitaine. À noter: le Girondin Philippe Poutou ne récolte que 1,22%

 

Lille: le bon score de Mélenchon

Le candidat de La France insoumise y engrange des performances notables, alors que la maire PS Martine Aubry n'a pas ménagé son engagement au côté de Benoît Hamon. Avec 29,92% des voix, Jean-Luc Mélenchon réalise l'un de ses meilleurs scores dans une grande ville de province. Benoît Hamon atteint 10,91% des voix (en 2012, François Hollande y avait récolté près de 35% au premier tour). Emmanuel Macron se place second (25,02%) devant François Fillon (14,41%) et Marine Le Pen (13,83%).