QUI A PEUR DES ELECTIONS?

Pravind Jugnauth a finalement prouvé que c`est lui le vrai poltron en refusant d`aller de l`avant avec le face-à-face qu`il réclamait lui-même allant jusqu`à défier Navin Ramgoolam de venir l`affronter. Il est clair que ses conseillers ont réalisé qu`il fallait au plus vite couvrir cette gaffe et nous avons ainsi eu droit à des décisions de panique. Personne ne semblait jusque là contester les sommes respectives destinées à récompenser les médaillés des JIOI et au contraire la demande unanime était axée sur les possibilités d`employer les athlètes qui étaient dans la plupart des cas chômeurs. Mais comme toujours Pravind et sa bande de gaffeurs ont choisi de faire ce qui est plus facile donc, ils ont doublé les dites sommes. On se réjouit bien car les protagonistes concernés en tirent profit. Cependant le problème fondamental reste le même : L`aspiration principale de chacun des parcipants en quête d`un emploi valable est mise au rencart et on préfère faire du spectacle en leurs noms en annonçant des décisions ponctuelles aux effets sensationnels.

On ne construit pas l`avenir des hommes et d`une nation en se reposant sur du sensationnalisme. Il est de même pour l`avenir des athlètes qui portent sur leurs épaules l`honneur de Maurice aux prix de milles sacrifices. Le peuple aura compris que les Jugnauth ont totalement détourné la vocation première du Sport qui est celle d`unir tout le monde autour d`une même passion.

Mais cela ne doit pas nous surprendre. Le Gouvernement a perdu tout répère et s`agrippe à n`importe quelle feuille sèche poussée par le flot de l`eau sans le moindre espoir de gagner les rives. Il ne reste plus de terre ferme pour y prendre refuge. Comme les défis lancés sans lendemain les décisions démagogiques de Pravind et sa bande ne mèneront nulle part sauf vers encore plus de chaos.

Le poltron est celui qui non seulement refuse de donner suite à ses propres défis mais aussi celui qui a peur d`annoncer la date des élections alors que c`est ça le sujet le plus important dans la vie de notre démocratie.