SBM ET LES EMPRUNTS EN FUMEE : EXPLICATIONS

On a beaucoup entendu sur les emprunts non-garantis de la SBM. Mais personne n`a osé expliquer la trame derrière ce genre de scandales. Ce n`est pas la première fois que ce genre de dilapidations et de fraudes font leurs apparitions sur le marché de la finance et du secteur bancaire. Il y en a eu des centaines sur le plan international comme celle la plus récente à la Banque de Punjab en Inde, où les Mallya et les Narendra Modi ont détourné des milliards et sont en fuite permanente. Parlons des cas mauriciens. En voici une analyse en cinq points:

1. La première fraude à grande échelle fut commise à Maurice chez MCB où Rs881 millions avaient disparu et jusqu`aujourd`hui on n`en a rien récupéré même si des personnes impliquées ont été arrêtées et poursuivies. La MCB avait vite fait de rembourser la perte subie par le NPF afin d`apaiser la colère du Gouvernement de l`époque. Ainsi il n`y a pas eu de véritables enquêtes afin de situer les responsabilités et faire payer ceux qui seraient jugés coupables. Il y a eu une double perte dans ce cas précis: la MCB a perdu Rs.881 millions qu`elle n`a jamais réussi à récupérer et en plus elle a dû rembourser les centaines de millions du NPF dont les placements étaient concernés. Comment une fraude de cette envergure peut être commise au sein d`une banque dont la réputation ne fait pas de doute sans qu`il y ait eu un plan et de complicités bien ficelées autour ? On veut nous faire croire au mystère alors que la vérité est qu`il n`y en aucun. Les fraudeurs et les complices savaient ce qui allait arriver c-a-d rien de graves pour les cerveaux et qu`au final ils s`en sortiraient pour jouïr de leurs millions. Le scénario était écrit d`avance. Dans chaque cas de ce genre c`est toujours pareil.

2. Dans les cas de la SBM la chose est simple. On a donné des emprunts à des entités (Pabari) sans que les collatéraux soient dans les normes. Qui peut faire une chose pareille ? Soit une personne qui est complètement folle et qui ne sait pas du tout ce qu`elle en train de faire.....et il n`y a personne au sein de la SBM répondant à ce profil, soit c`est quelqu`un qui sait exactement ce qu`il est en train de faire et il a ses raisons à lui. Aucune banque ne place autant de pouvoir entre les mains d`un seul officier quand il est question de sanctionner des emprunts de grande envergure. Donc dans le cas Pabari cela été une décision collective. On y voit déjà le scénario classique: les cerveaux sont en arrière plan pour garantir qu`il n`y aura pas de sanctions graves contre les officiers ayant traité le dossier et surtout ils s`arrangeront pour s`assurer que les détenteurs de pouvoir ne feront rien. Ils auront été mis dans le coup sans qu`ils n`aient à courir de risques.

3. Dans le cas SBM on sait que Rs.3,2 milliards sont sortis des caisses pour aller dans les coffres de Pabari. Quand le pot-aux- roses a été découvert a-t-on fait tout ce qu`il faut faire pour retracer la filière où la somme a été placée ? Comment une entité qui emprunte 3 milliards mais ne va pas rembourser par la suite car elle a disparu dans la nature peut-elle disposer de cette somme sans laisser de traces?  C`est improbable. Oui et les traces existent mais seules ceux qui sont dans le coup  le savent et peuvent les dévoiler. Alors elles ne feront jamais surface. C`est simple à comprendre. Tout ceux qui ont le pouvoir de donner de l`argent qu`ils sont censés gérer au nom des autres et ceux qui peuvent les protéger s`ils font des fautes déguisées sous formes de prêts mal agencés, peuvent aussi détourner ce même argent vers des coffres personnelles. On va crier au scandale mais l`argent aura bel et bien été partagé et sécurisé.

4. On est en présence d`une nouvelle forme de vol. Avant on braquait des banques parfois avec la complicité de l`intérieur. Maintenant on fait des détournements plus simples sous formes de prêts non performants mais qui sont mis au compte d`une `most unfortunate miscalculation of the perspectives`. Pour couvrir ce genre de fraudes on prendra la précaution de faire de nombreux jolis coups au préalable démontrant ainsi la capacité de l`équipe en question sans laisser percevoir que les clients à l`autre bout qui font honneur à la banque sont les mêmes qui seront plus tard les complices des transactions frauduleuses à suivre. Tout le monde sait que l`argent a de la valeur quand il peut être utilisé. Dans ce cas précis il n`est pas difficile de savoir qui sont ces détenteurs de pouvoir capables de faire éviter des sanctions graves aux responsables de ce genre d`opération. Ils vont aider en plus à brouiller les pistes en racontant des histoires à faire dormir debout comme si tous ceux qui les écoutent sont des véritables idiots et tellement naïfs qu`ils vont compatiser avec eux au lieu de leur cracher sur le visage. C`est ainsi qu`il faudra juger les propos du Chairman du SBM Holdings. Bref il ferait mieux d`aller raconter ces conneries ailleur car pour nous la chose est simple: ces soi-disants prêts ne le sont pas vraiment; c`est un subterfuge pour détourner de l`argent de la banque vers les coffres d`une cabale bien protégéé ici et en dehors de nos côtes. 

5. Pourquoi ne se pose-t-on pas la question suivante: Quand Rs881 millions avaient disparu de la MCB et que le NPF était concerné Anerood Jugnauth avait proféré des menaces tellement graves que les préposés de la banque s`étaient mis à trembler dans leurs pantalons, à tel point que le NPF fut remboursé illico presto. Dans le cas de la SBM, qui est une banque de l`état, on entend ni le `papa` ni le` piti `dire un seul mot et ils se font un devoir de faire profil bas dans toute l`affaire. Leur attitude a une resemblance parfaite avec celle adoptée par Modi de l`Inde qui est ciblé dans le cas des fraudeurs Mallya et Narendra Modi. Il est clair que tous les faits n`ont pas fait surface dans le cas SBM.

Conclusion : Pour savoir toute la vérité il faut attendre un changement de Gouvernement qui aura comme première tâche de faire venir tous les protagonistes devant une instance juridique et leur faire dire ce qui s`est vraiment passé dans cette affaire `Pabari