Stephanie Anquetil " Il nous faut un one-stop shop pour gérer la violence domestique"

Intervenant au cours des célébrations marquant la journée internationale de la femme, Stephanie Anquetil, présidente de l’aile féminine du Parti Travailiste a parlé de la nécessité d’avoir un seul interlocuteur à l’écoute des femmes en détresse, un one-stop shop.

Cela soulagerait la souffrance des femmes battues et rendrait plus facile les démarches administratives.

Elle a aussi déploré le fait qu’avec un électorat composé de 52% des femmes, il n’y a que 14 femmes sur 70 parlementaires.