Vladimir Poutine ne croit pas que l'homme provoque le réchauffement climatique

Le président russe a remis en cause la part de l'homme dans le changement climatique, en affirmant, jeudi, que le réchauffement mondial n'était pas provoqué par les émissions de gaz à effet de serre. Et que la fonte des glaces facilite la navigation.

On savait Donald Trump prompt à croire que le réchauffement climatique était un "canular inventé par les Chinois", on se doutait moins que le président de la Russie Vladimir Poutine était un climatosceptique. Jeudi 30 mars, il a remis en cause la part de l'homme dans le changement climatique lors d'un Forum sur l'Arctique à Arkhangelsk, dans le Grand nord russe.

"Le réchauffement, il a commencé dans les années 1930", a déclaré Vladimir Poutine. "À l'époque, il n'y avait pas encore de tels facteurs anthropologiques comme les émissions (de gaz à effet de serre) mais le réchauffement avait déjà commencé", a-t-il affirmé.

Selon le président russe, il est "impossible" d'empêcher le réchauffement climatique qui pourrait être lié notamment selon lui "à des cycles globaux sur Terre". "La question est de s'y adapter", a estimé Vladimir Poutine.

Le réchauffement climatique : une opportunité économique

Le président russe, qui s'était rendu mercredi sur l'Archipel François-Joseph, dans l'Arctique russe, a fait par ailleurs l'éloge du réchauffement climatique, relevant que la fonte des glaces facilitait notamment la navigation dans cette région, ainsi que son "exploitation à des fins économiques", tout comme l'extraction des ressources naturelles.

Ces déclarations sont un nouveau coup porté à l'accord de Paris sur le climat, signé fin 2015 par plus de 190 pays; De son côté, l'homologue américain de Poutine, Donald Trump a lancé mardi l'offensive contre les initiatives de son prédécesseur démocrate Barack Obama sur ce thème et promis un renouveau de l'industrie du charbon dans un discours au cours duquel il n'a pas mentionné une seule fois la question du changement climatique. La Maison Blanche a indiqué jeudi que le président desÉtats-Unis prendrait officiellement position sur l'accord "d'ici fin mai". Le retrait américain de l'accord était une des promesses de campagne du milliardaire.